actualités

actualités

en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales

18 janvier 2021
Recherche
A l’heure des débats contradictoires et très riches sur la manière d’aborder les transitions, cet appel à projets de la Fondation de France vise à associer les praticiens et citoyens-usagers aux scientifiques pour la production des connaissances.

Contexte

Les décisions issues des débats du Grenelle de la mer (2010) sont l’expression d’un changement de paradigme dans la relation homme-nature, dont les fondations remontent au début des années 90 (Rio 92). Dès lors, la question du littoral et de la mer n’est plus posée seulement comme celle d’un espace public neutre, mais comme celle d’un bien partagé et commun.

Interfaces attractives à de nombreux égards, les littoraux font l’objet de pressions croissantes sur des espaces fragilisés et des ressources qui se raréfient. C’est sur le littoral que les densités de population sont les plus fortes : en France métropolitaine, elles sont 2,5 fois plus fortes qu’à l’intérieur des terres, et l’outre-mer et ses populations doivent faire face à des problématiques de petites îles où mer et littoral sont omniprésents. De plus, nos mers et nos littoraux connaissent, depuis plusieurs décennies, des évolutions de plus en plus rapides et contrastées notamment du fait du changement climatique, soulevant ainsi de nombreuses questions relatives aux formes de gouvernance appropriées pour faire face aux nombreuses pressions (aménagements, apports polluants, risques naturels, etc.) qu’ils subissent, et au développement socio-économique, culturel et politique dont ils sont le siège.

Dans ce contexte de transitions en cours (écologique, énergétique, …), il est devenu indispensable de renforcer les liens entre science et société, notamment à travers la promotion des recherches participatives. En d’autres termes, il s’agit de concevoir la recherche autrement, à savoir produire des savoirs en commun tout au long du processus de recherche, de l’élaboration des questions à l’analyse et à la diffusion des résultats, pour permettre de répondre en termes environnemental, économique, social, et politique aux multiples menaces et défis qui concernent le devenir des socio-écosystèmes dans les espaces côtiers et maritimes.  

Objectifs

Ses principales orientations comprennent :

- L’engagement partenarial : l’appel à projets vise les initiatives collectives de co-construction à partir de partenariats opérationnels entre praticiens et citoyens-usagers et acteurs scientifiques dans un projet commun de recherche action ;

- L’ouverture maritime : à l’heure des débats sur le développement des parcs éoliens en mer, les territoires et espaces concernés vont de l’interface terre-mer vers les eaux du large, dans les limites de la Zone Economique Exclusive ;

- L’ouverture à l’innovation : favoriser les propositions contribuant à l’adaptation aux transitions à partir de l’innovation, qu’elle soit d’ordre méthodologique, partenarial, territorial, ou social ;

- L’ouverture internationale : permettre des comparaisons entre territoires français (métropole et outremer) et territoires contigües ou non relevant d’autres pays ;

- L’ouverture en termes de type de projet : projets en émergence (12 mois), pour donner le temps de la construction de permettre la mise en place des partenariats avant le démarrage d’un projet, et au sein d’un projet et projets consolidés pour soutenir des projets dont la préparation est estimée suffisamment mature, sur une période maximale de trois ans.

- Cette année, du fait de la situation de crise sanitaire qui a marqué l’année 2020, cet l’appel à projets est ouvert à une troisième catégorie de projets dits « de capitalisation » afin de renforcer l’impact de travaux antérieurs...

Thématiques

Volontairement très larges, les thèmes doivent permettre une ouverture vers des sujets qui touchent plus particulièrement les dynamiques de transition des socio-écosystèmes, pour l’heure peu ou pas traités. Ils devront être entrepris selon une démarche d’intégration des disciplines et des savoirs, de la recherche à l’action, au service et avec les communautés côtières et maritimes. Ces thématiques relèvent des trois axes du programme :

•  Anticiper et s’adapter aux conséquences du changement climatique ;

•  Penser et panser la nature en milieu littoral et marin ;

•  Vivre et travailler en milieu littoral et marin.

Les modes de vulgarisation diffusion des résultats doivent être pensés par rapport à leur capitalisation en termes scientifiques, afin de les rendre accessibles aux usagers et aux décideurs (articles, synthèses, séminaires, formations, etc.), et en termes opérationnels au profit des citoyens-usagers et des décideurs, dans un souci de réplicabilité. La co-construction doit aboutir à des produits finaux partagés. Ils doivent constituer une composante à part entière du projet, et ne pas être relégués à des produits finaux sans intention forte de partage effectif. Cet aspect fondamental sera examiné avec attention par le jury et devra faire l’objet d’une budgétisation clairement identifiée, y compris pour ce qui est du processus de coordination des partenaires.

Date limite de dépôt des projets : 24 mars 2021