bandeau-fond-bulles-rouges.jpg
actualités

actualités

en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales

27 avril 2020
Recherche
Le blog COVID-AM est un partenariat entre l’UMI 3157 iGLOBES (CNRS/ENS/Université d’Arizona) et l’Institut des Amériques.

La situation actuelle de pandémie révèle pour chaque pays des structures profondes et des réflexes qui pouvaient paraître parfois gommés dans le contexte de mondialisation économique qui a prévalu depuis une quinzaine d’années. Si ceci est vrai pour l’ensemble de la planète, c’est particulièrement le cas dans les Amériques ou chaque État fait face à la maladie de manière indépendante et en fonction de sa conjoncture politique et de son cadre idéologique. En résultent une série de débats qui rappellent toute sorte de spécificités : quelle implication du secteur privé de la santé aux États-Unis ? Comment lutter contre la pandémie alors que la situation économique est extrêmement dure au Venezuela ? A quelle crise politique peut mener la négation du problème par le président brésilien ? L’isolement pourrait-il paradoxalement protéger Cuba ? La question de la maladie COVID-19 et du virus qui la cause, le SARS-COV-2 incite donc à réinterpréter les Amériques pour voir quelles lignes de fracture demeurent actives et quelles nouvelles dynamiques apparaissent. La crise actuelle sonnera-t-elle le glas de la circulation à grande échelle des hommes et des marchandises dans un continent qui l’a tant promue ? Le leadership américain pourra-t-il survivre à une mauvaise gestion de cette crise par le gouvernement des États-Unis ? Les pays les moins bien équipés sont-ils destinés à devenir des réservoirs du nouveau virus, marginalisés, une fois de plus, de ce fait ?

L’objectif du blog COVID-AM est de proposer des éclairages sur tous ces thèmes, mais aussi des témoignages sur ce qu’est la situation aujourd’hui dans les différents pays du continent américain. Il s’agira d’une initiative temporaire, destinée à exister le temps de la crise – qu’on espère la plus brève possible - et quelques mois après elle pour pouvoir analyser les choses avec un peu de recul.