bandeau-fond-bulles-rouges.jpg
actualités

actualités

en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales

05 mars 2019
MSHB
Le projet Cimatlantic porté par Gregor Marchand, directeur de recherche au CNRS [CReAAH - UMR 6566], change d'échelle et devient un réseau de recherche international (IRN).
Carte du réseau PREHCOAST
 

 

Cette recherche labellisée en juillet 2015 par la MSHB s’intitulait Monde des morts / monde des vivants en France atlantique. De l’anthropologie des populations aux identités préhistoriques.
Le programme Cimatlantic avait pour objet l’études des amas coquilliers sur les littoraux du Portugal jusqu’au Danemark. La finalité de ces recherches était d’ouvrir un nouveau chapitre axé sur les populations elles‐mêmes et non plus seulement sur leurs pratiques économiques ou techniques. Les problèmes et questions soulevés lors de ce programme ont incité à étendre les partenariats à l’échelle européenne, tout en proposant en parallèle un retour sur le terrain (prospections et sondages à Hoedic, Morbihan)

 

PREHCOAST « Coast-inland dynamics in prehistoric hunter-gatherer societies / Dynamiques des sociétés de chasseurs-cueilleurs littorales de la Préhistoire »

 

Le réseau associe des chercheurs d’Espagne (Santander), France (Bordeaux, Brest, La Rochelle, Paris, Rennes, Toulouse), Lettonie (Riga) et Norvège (Oslo). Il regroupe des archéologues, des paléo-environnementalistes et des archéobiologistes impliqués dans l’exploration des sociétés littorales de chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire. Il entend ainsi dépasser certains cloisonnements nationaux dans l’appréciation de phénomènes culturels ou environnementaux d’ampleur continentale, mais aussi aider à développer une archéologie adaptée a des paramètres et contraintes similaires. Cela concerne la nature même de ces sociétés préhistoriques dont l’alimentation est fondée sur les ressources maritimes, mais aussi l’appareil conceptuel nécessaire pour envisager ces sociétés et surtout en renouveler l’étude.

Travailler à la fois dans les dimensions marines et continentales implique en effet, l’usage de méthodes de prospections géophysiques ou de fouilles très particulières, en constant renouvellement.

Des programmes analogues ont été conduits sur des vestiges préhistoriques submergés. Il nous parait opportun de déplacer les questionnements vers les rapports littoral / continent, qui structurent les modes d’existence de ces communautés humaines. L’insertion des êtres humains dans les multiples cycles de ces environnements et leurs pratiques de mobilité sont au centre de ces approches. Mais il convient aussi de s’intéresser au rôle historique des littoraux comme voie privilégiée de circulation, que ce soit pour les échanges ou les migrations, pour écrire une préhistoire européenne connectée.

Les rencontres thématiques sont le nécessaire prélude à la soumission de programmes de recherche aux échelles nationales et internationales, à la définition de programmes de terrain commun, mais aussi à la codirection d’encadrements doctoraux a des échelles transnationales.

Le réseau international PrehCoast a été validé pour une première année de montage en 2019 par le CNRS (INEE), et il devrait se prolonger jusqu’en 2023.

 

Gregor Marchand est docteur HDR, directeur de recherche au CNRS, médaille de Bronze du CNRS (2006). Ses recherches concernent les sociétés préhistoriques de la fin du Pléistocène et de l’Holocène, sur la façade atlantique de l’Europe (France, Espagne, Portugal). Par l’analyse des traditions techniques impliquées dans la fabrication des outillages de pierre, il a pu établir plusieurs scénarios historiques, qui concernent autant la fin des temps glaciaires que le développement des premières sociétés agro-pastorales. La question du fonctionnement de ces sociétés et de leur évolution est désormais au centre de ses travaux, menés en collaboration avec de nombreux spécialistes des paléo-environnements.

 

liens

CIMATLANTIC