bandeau-fond-bulles-rouges.jpg
actualités

actualités

en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales

28 avril 2020
MSHB
Les chercheurs du programme V-STEM continuent de travailler sur la prise en compte par les soignants des stéréotypes négatifs liés à l’âge.

Dans la continuité de ce programme de recherche, Morgane Langlais et Gaëlle Silvestre, neuropsychologues en consultation mémoire, ont obtenu un financement de 40 000€ de l’Institut des neurosciences cliniques de Rennes (INCR). Leur projet Stopstéréo « Éviter la menace des stéréotypes négatifs du vieillissement sur les évaluations diagnostiques en hôpital gériatrique »  est réalisé, tout comme V-STEM (2016-2018), en collaboration avec l’équipe de l’Unité de Psychologie de la Sénescence de l’université de Liège.

Présentation du projet Stopstéréo 

L’objectif de cette recherche est de montrer que les patients sont particulièrement exposés à une menace des stéréotypes liés au vieillissement lors d’une évaluation en hôpital de jour gériatrique. Cette menace étant un facteur de risque de diminution des compétences cognitives, elle est susceptible de rendre l’évaluation neuropsychologique erronée.

L’étude vise à vérifier que les représentations et stéréotypes négatifs du vieillissement sont plus implicitement activés dans un contexte d’hôpital de jour gériatrique que dans un lieu de consultation neutre. Ces représentations auraient un impact chez les personnes âgées venant pour une évaluation personnelle de la mémoire, mais aussi chez les aidants qui les accompagnent. Nous regarderons aussi comment ce contexte module les performances cognitives et les ressentis des patients.

D’un point de vue méthodologique, les participants seront des personnes âgées de 70 ans et plus, rencontrés lors de leurs consultations et hospitalisations. Deux populations seront étudiées : les patients du service de gériatrie du centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR) du CHU de Rennes (« participants-patients ») et les accompagnants conjoints (« participants-aidants »). Les mesures recueillies porteront sur l’objectivation d’éléments cliniques dans des situations réelles d’évaluation personnelle. 

L’intensité des stéréotypes sera comparée dans deux lieux définis selon leur empreinte gérontologique et médicale :

1) un lieu « neutre » représenté par une consultation isolée à l’hôpital, avec un neuropsychologue habillé en civil et un bureau conçu pour avoir un mobilier et une apparence la plus neutre possible e.

2) un lieu activant le stéréotype « gériatrie » avec un bureau de consultation au sein de l’hôpital de jour gériatrique, un neuropsychologue en blouse et des affiches d’informations sur le vieillissement, la maladie d’Alzheimer et des conseils de santé (éléments existants dans le cadre du fonctionnement actuel).

Nos hypothèses sont :

1.   que les performances cognitives de patients sont diminuées dans un hôpital de jour gériatrique par rapport à un lieu de consultation neutre

2.   que les représentations du vieillissement sont plus négatives dans une situation d’évaluation personnelle de la mémoire que dans une situation d‘accompagnement d’un patient

3.   que l’état de tension et d’inquiétude est plus important lors de l’évaluation personnelle de la mémoire dans un hôpital de jour gériatrique que dans un lieu de consultation neutre

Dans une étude complémentaire, nous analyserons les attitudes professionnelles susceptibles de relayer et véhiculer des représentations négatives du vieillissement dans l’étude des verbatims enregistrés pendant les entretiens avec les participants-patients.

liens

V-STEM