bandeau-fond-bulles-rouges.jpg
médias

medias

voir, lire, écouter et comprendre

06 mars 2020
Chercheurs en ville #50
 

A quelques jours des élections municipales, nous accueillons Laurent Le Gall, professeur d'histoire contemporaine à l’université de Bretagne occidentale autour de son ouvrage A voté – Une histoire de l’élection. Spécialiste de la politisation des campagnes françaises au XIXe siècle et de l'histoire du suffrage universel, il répond aux questions de Colette David et Christian Le Bart. Dans cette émission réalisée par Lucie Louâpre, il revient sur l’arrivée du suffrage universel en France mais aussi sur les mécanismes psychologiques et sociologiques à l’œuvre dans le vote.


Les 15 et 22 mars prochains, chaque ville et commune de France procèdera à l’élection du conseil municipal qui élira ensuite le ou la maire à sa tête. Et qui dit élection, dit vote !


En France, le droit de vote est institué au XVIIIe siècle ; il est d’abord censitaire et indirect en 1791. Seuls les hommes de plus de 25 ans et qui payent un impôt équivalent à trois journées de travail peuvent voter. Ces citoyens dits actifs élisent alors des électeurs de second degré qui élisent à leur tour les députés de l’Assemblée nationale.


C’est en 1799 que le suffrage universel vient le remplacer, sous une forme limitée car toujours indirecte. Universel oui… mais toujours pas pour les femmes ! Ce système sera mis en place pendant 15 ans avant le retour de la monarchie constitutionnelle et du suffrage censitaire qui va avec.


Le suffrage universel direct, arrive en 1848 à la naissance de la seconde république. Ce système de vote ne sera alors plus remis en cause – sauf sous le régime de Vichy - et s’ouvrira aux femmes en 1944. Il y aura encore quelques évolutions dans les années qui suivent : l’égalité de suffrage dans les territoires d’Outre-mer en 1956 ; le vote à 18 ans à partir de 1974 ; la citoyenneté européenne en 1992. Aujourd’hui, on vote pour un président, des députés au Parlement français et Européen, des conseillers départementaux, régionaux, municipaux… sur des mandats qui vont de 5 à 6 ans. Avec, selon l’élection, une part plus ou moins grande d’abstentionnistes qui rejette le vote.


Quel tournant démocratique s’est opéré au XIXe siècle avec l’arrivée du suffrage universel direct, et pourquoi à ce moment-là ? Quel sens les citoyens ont ensuite donné au vote au fil des années ? Le vote est-il le seul outil démocratique dont ils peuvent se saisir ? Qu’est-ce-qui différencie tant le vote présidentiel du vote à l’échelle d’une mairie ?


En seconde partie d’émission, nous nous intéresserons au vote des femmes, à leur moindre présence aujourd’hui parmi les élus, aux élections présidentielles et à une question d’actualité : la possible suppression des étiquettes politiques pour les communes de moins de 9 000 habitants.


Notre invité


Laurent Le Gall est professeur d'histoire contemporaine à l’université de Bretagne occidentale et chercheur au centre de recherche bretonne et celtique (CRBC - EA 4451). Spécialiste de la politisation des campagnes françaises au XIXe siècle et de l'histoire du suffrage universel dans la France contemporaine, il a publié L'Électeur en campagnes dans le Finistère. Une Seconde République de Bas-Bretons (2009).


Pour en savoir plus



Au fond, qu'est-ce que voter ? Brassant les deux siècles durant lesquels l'élection est devenue le moment cardinal de la démocratie, ce livre est l'histoire d'un dispositif dont l'évidence occulte la multiplicité de ses significations. Six souvenirs en scandent le tracé et restituent ce qui fait que cet acte individualisé sous contrainte sociale, est devenu geste routinier.


Les pratiques électorales sont, à intervalle régulier, l'objet d'un commentaire si intense qu'il en fait oublier l'essentiel : d'où vient l'évidence des actes et des rites dont elles sont faites ? D'où vient l'habitude du bulletin, de l'isoloir et de l'urne ? En réalité, ces choses de la vie démocratique n'ont rien de secondaire. Laurent Le Gall montre, à partir de souvenirs personnels de suffrages, d'affiches, de bulletins (le bulletin nul : qu'écrire ?) ou de campagnes électorales (1974 à travers le film de Depardon, 2002), les pratiques différenciées qui président à l'acte de vote et des sens que des acteurs différemment socialisés lui ont donnés depuis les années 1830, mais aussi toutes les luttes qu'il a fallu pour apprendre à voter. Il fut un temps où les bulletins n'étaient pas imprimés, où le notable des lieux le remplissait pour le citoyen. Et dans les villages du pays, les affaires sont nombreuses qui voient les villageois s'emparer de l'urne de la communauté voisine et demander rançon. Plus tard, les trucages, les fraudes et bourrages d'urne, dont bruissent longtemps les élections, la nécessité d'édifier un code électoral et de pacifier l'urne et le bulletin, dessinent une autre histoire électorale du pays. Mais les fraudes et les bagarres ne sont pas tout. Ce livre explique l'ascension d'un rite qui nous est devenu familier et des objets oubliés à force d'évidence sur lequel il prend appui. Dans le repli des débats idéologiques auxquels on ramène tout le plus souvent, il raconte comment les Français ont appris à voter et pourquoi on le fait, derrière l'utopie du suffrage, restituant au bulletin ce qui en fait toute sa richesse : son évidence et son énigme.


Chercheurs en ville


Chaque mois « Chercheurs en ville » vous donne rendez-vous pour découvrir des thématiques d’actualité autour des questions et des débats de société. Leurs regards croisés au carrefour de la recherche universitaire et du journalisme permettront de découvrir et de comprendre les travaux de chercheurs bretons en sciences humaines et sociales.


Chercheurs en ville, est une émission de radio créée en partenariat par la Maison des sciences de l’homme en Bretagne et la radio Canal B. L’équipe est composée de Christian Le Bart, professeur de science politique et chargé de médiation scientifique pour la MSHB, de Lucie Louâpre, journaliste à Canal B et réalisatrice de l’émission et de Colette David, ancienne journaliste à Ouest-France.


Diffusée sur la radio Canal B, elle est ensuite disponible en podcast sur le site de la MSHB, de Canal B et de l’Aire d’U.

 

À retrouver sur les sites partenaires

www.canalb.fr

L’Aire d’U

    infos

    • Émission diffusée le 21/02 à 13h sur Canal B