bandeau-fond-bulles-rouges.jpg
médias

medias

voir, lire, écouter et comprendre

12 décembre 2015
Chercheurs en ville #12
 

Chercheurs en ville reçoit en ce mois de décembre, Érik Neveu, sociologue et politiste, autour de son dernier ouvrage intitulé « Sociologie politique des problèmes publics ». Répondant aux questions de Christian Le Bart, directeur de la Maison des Sciences de l'homme en Bretagne et de Xavier Debontride, rédacteur en chef de la revue Place Publique, il revient sur la façon dont les médias mais également les « communicants » participent à la construction des problèmes publics.


Érik Neveu nous éclaire sur la manière dont les faits, les événements deviennent des questions de société : Comment les problèmes politiques et sociaux sont-ils construits ? Pour quelles raisons, certains vont occuper l'espace médiatique, préoccuper les gouvernants, quand d'autres, objectivement parfois plus essentiels, demeurent absents de l'agenda médiatique ? Analysant le rôle des journalistes, des groupes de pression, des lanceurs d'alertes et des politiques, Érik Neveu nous apportent des éléments de réponse. Ses éclairages nous conduisent immanquablement à nous interroger sur la notion de démocratie !


Animateurs : Christian Le Bart, directeur de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne, Xavier Debontride, rédacteur en chef de Place Publique et Ronan Le Mouhaër, journaliste à Canal B.
Réalisation : Ronan Le Mouhaër - Documentation : Anne Kropotkine.


Notre invité


Érik Neveu, sociologue et politiste, est professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes. Ouvert aux différentes disciplines des sciences sociales, il a tout particulièrement travaillé depuis 2001 à l’analyse du métier journalistique et du fonctionnement de l’espace public.


Chercheur au centre de recherches sur l’action politique en Europe (UMR CNRS 6211 dont il est le directeur-adjoint), ses travaux sont aujourd’hui publiés ou traduits en une douzaine de langues. Ancien directeur de Sciences Po Rennes (2004-2009), il a été très actif dans les institutions de la science politique française (membre élu du CNU de 1992 à 2008, président du jury d’agrégation 2014-15) comme internationale puisqu’il a siégé à l’executive commitee de l’ECPR de 2003 à 2009 et enseigné dans de nombreuses université européennes.


Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre Sociologie politique des problèmes publics est paru chez Armand Colin en mars de cette année.


     

    Présentation de l'éditeur

    « Foulard islamique », disparition des abeilles, vieillissement de la population : comment des faits ou des dossiers deviennent-ils « problèmes », dont s’emparent les médias ou les partis en campagne ? Une tradition sociologique née aux États-Unis au début du XXe siècle est venue montrer que la réponse n’était pas dans une gravité objective des « faits ». Les brutalités sur les enfants n’ont été que tardivement constituées en problème public, alors que l’usage de la margarine suscitait jusqu’à des référendums. C’est donc vers l’activité des entrepreneurs de problèmes qu’il faut se tourner. Qui sont-ils (think tanks, haut-fonctionnaires, mouvements sociaux) ? Comment justifie-t-on de l’importance d’un problème ? Pourquoi certains problèmes suscitent-ils plus l’attention médiatique que d’autres ? Comment des cadrages viennent-ils les mettre en récit pour qu’ils soient au diapason des sensibilités sociales ? Quels tris président à leur prise en charge (ou non) par les politiques publiques ? Est-ce là la fin du processus ?

    Dense en exemples pratiques proposés sous formes d’encadrés et en outils théoriques, ce manuel aide à penser comment s’alimentent nos conversations, les « Unes » des médias et l’agenda des politiques. 

    infos

    Émission diffusée le 12 décembre sur Canal B et le 15 décembre sur la radio de l’université Bretagne Loire.