bandeau-fond-bulles-rouges.jpg
médias

medias

voir, lire, écouter et comprendre

01 avril 2017
Territoires des artistes [1/2]
Arts et création
 

Comment penser la relation entre les artistes (créant individuellement ou/et au sein de collectifs) et le territoire ? Le lieu dans lequel ou à partir duquel ils produisent mais aussi dans lequel leur travail rencontre son public ne saurait être réduit à un espace d’appartenance identitaire fixe. Plus que de territoire, on pourrait réfléchir en termes de territorialité. Les pratiques de production et de diffusion se déclinent à l’infini, en fonction des conditions de travail et de visibilité des artistes, des réseaux émergents ou établis, des échanges avec les acteurs du monde de l’art. Elles s’incarnent à l’échelle d’une ville, d’une région, d’un pays, tout en étant sous le signe du déplacement (y compris entre espaces réels et virtuels) de mobilités internationales et de nomadismes inédits où se développent des trajectoires et des échanges qui émergent de la globalisation du monde de l’art.


Modératrices
Laurence Corbel & Françoise Nicol


Jeunes chercheurs
Johanni Curtet - « Du musicien au chercheur, nomadisme autour d’une technique vocale mongole ». Docteur et ethnomusicologue, spécialiste du khöömii (chant diphonique mongol) de la musique traditionnelle
mongole, des questions liées à la transmission, l’histoire et l’ethnomusicologie, jusqu’au patrimoine culturel immatériel. Il enseigne ou a enseigné le chant diphonique pour différentes structures (Université Rennes 2, Philharmonie de Paris, Les Suds à Arles, ADEM, DROM, etc.) et a été vacataire à l’INALCO en langue, civilisation et culture mongoles en 2014. Directeur artistique de Routes Nomades, il organise des tournées et produit des disques de musique traditionnelle mongole depuis 2006. Il est conseiller scientifique et artistique pour des projets internationaux (coproductions Théâtre de la Ville/France Musique, Festival international des musiques sacrées de Fès, Zingaro, etc.). Musicien guitariste et diphoneur dans le trio Meïkhâneh, il accompagne aussi son maître Tserendavaa Dashdorj et son fils Tsogtgerel dans de nombreux théâtres et festivals. En 2010, il a participé à l’inscription du khöömii mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO. Il vient de publier en janvier 2017 Une Anthologie du khöömii mongol sur le label Buda Musique.


Quentin Montagne - « La leçon de l’aquarium ». Plasticien et doctorant en Arts Plastiques à l’Université Rennes 2 sous la direction de Christophe Viart : « L’Aquarium : un réservoir de l’imaginaire subaquatique aux croisements de la science et de l’art ». ATER au département Arts Plastiques à l’Université Rennes 2, membre actif du laboratoire de jeunes doctorants ALEF, il participe régulièrement à des journées d’étude en France et à l’étranger. Diplômé de l’EESAB site de Rennes, il conjugue recherche théorique et production artistique dont il témoigne régulièrement au travers d’expositions et d’éditions. Son travail a dernièrement fait l’objet
d’une exposition personnelle au Phakt Centre Culturel Colombier (Rennes) du 27 février au 10 mars 2017.


Un artiste, une oeuvre 
Yann Sérandour - « Vit et travaille in libris ». Artiste et enseignant-chercheur en arts plastiques à l’Université Rennes 2. Son travail met en oeuvre une réflexion sur les moyens de diffusion de l’art par le biais du livre et de l’imprimé. De janvier 2017 à février 2018, il est artiste associé au cycle d’expositions et d’événements “Alors que j’écoutais moi aussi […]” au centre d’art contemporain de La Criée à Rennes. Il est représenté par les galeries gb agency, Paris et Luis Adelantado, Valencia.