bandeau-fond-bulles-bleues.jpg
les projets MSHB

projets de recherche

plus de 150 projets labellisés

Santé et société

BARTLE

Le complexe de « Bartleby »

Responsable scientifique

CRAPE
Centre National de la Recherche Scientifique
Pôle : Santé et société
Disciplines : Anthropologie, Psychiatrie, Psychologie clinique, Psychothérapie, Pédopsychiatrie, Science politique, Sciences de l’éducation, Sociologie, Études cinématographiques, Études japonaises
Partenaires régionaux : UMR 6590 ESO | UMR 6051 CRAPE | EA 3208 APP
Partenaires nationaux : Cermes 3 (UMR 8211 CNRS) | Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 CNRS) | Centre d’études japonaises - Inalco (CEJ, EA 1441) | EDA (EA 4071) | Maison de santé de Bellevue, Meudon
Partenaires internationaux : Temple university, Tokyo | Istituto di analisi dei codici affettivi, Minotauro, Milan | Institute for Research in Humanities, Université de Kyoto | Research centre of health, physical fitness and sport | Université de Nagoya | ALS Napoli i Centro
Type d'aide :
- Financier
Durée : 01-07-2015 / 30-06-2017

Ce projet porte sur un phénomène mal connu en France et en Europe : le retrait à domicile des jeunes. Ce phénomène est en revanche fortement médiatisé au Japon où l’on parle de « hikikomori ». Il consiste pour des adolescents et des jeunes adultes à se retirer, le plus souvent dans leur chambre, pendant une durée allant de plusieurs mois à plusieurs années. Ils s’extraient ainsi de toutes les relations sociales attendues (études, emplois, relations). Si c’est un phénomène peu exploré en dehors du Japon, il existe néanmoins une littérature scientifique et des initiatives thérapeutiques émergentes en Europe et dans le monde qui indiquent un intérêt croissant pour cette problématique. Ce projet entend réunir, à l’occasion d’un séminaire de recherche international, un certain nombre des chercheurs qui étudient ce phénomène dans différents pays, dans un premier temps principalement en France, au Japon et en Italie.

Nous formulons l'hypothèse que le phénomène de retrait, peu repéré sous cet intitulé là en France, pourrait devenir, dans les années à venir, comme au Japon, une question centrale, non seulement d’éducation et d’insertion des primo-entrants sur le marché du travail, mais aussi de santé publique. Contribuer à la compréhension des nouvelles formes de retrait ou de désocialisation est un enjeu majeur pour les instances éducatives autant que pour les politiques médico-sociales. En effet, les incertitudes qui demeurent sur le sens de ces conduites et sur leur diagnostic mettent les personnes concernées et leurs proches face à un labyrinthe de prises en charge, davantage liées au hasard des guichets qu’ils vont solliciter du fait de l’absence d’une réponse intégrée de la part des services médicosociaux et éducatifs. La mise en place d’un séminaire international vise à mieux appréhender les formes du retrait chez les jeunes dans les pays européens et au Japon, tout comme les représentations sociales, littéraires et artistiques qui en façonne les contours.

Notre séminaire nourrira un projet qui entend repérer ce phénomène, en éclairer les causes et en étudier les formes, mais aussi les modalités de prise en charge. Mieux comprendre les raisons de ces conduites de retrait, leurs conséquences et leurs voies de sortie permettra de mieux cibler et organiser les actions de prévention et la prise en charge. L’équipe réunie est à la fois pluridisciplinaire et internationale. Son caractère transversal permettra de saisir le retrait juvénile sous des angles académiques complémentaires, dans une perspective de comparaison internationale.