bandeau-fond-bulles-bleues.jpg
les projets MSHB

projets de recherche

plus de 150 projets labellisés

Armorique, Amériques, Atlantique

COPPER-INGOT

Recherche des sources du cuivre utilisé à l’âge du Bronze à travers l’étude des lingots des dépôts rituels terrestres

Responsable scientifique

CReAAH
Centre National de la Recherche Scientifique
Pôle : Armorique, Amériques, Atlantique
Disciplines : Sciences de la Terre, archéologie protohistorique, archéométrie
Partenaires nationaux : UMR 5608 Traces
Partenaires régionaux : UMR 6566 CReAAH | UMR 6538 géosciences océans/SEDISOR
Type d'aide :
- Financier
Durée : 01-01-2019 / 31-12-2020
Mots clés disciplinaires :
Durant les périodes de l’âge du Bronze, beaucoup de métal (cuivre et étain) a été consommé pour produire armes, outils ou parures en bronze etc. Les gisements de cuivre sont inégalement répartis en Europe et peu de gisements sont présents en France. Dans de nombreuses régions françaises, malgré ce manque de matières premières, beaucoup d’objets en bronze ont été employés. Ceci est visible au travers des très nombreux dépôts terrestres rituels rassemblant parfois plusieurs milliers d’objets ou fragments, avec ou sans lingots de cuivre. Ce projet vise à retracer les grandes voies d’échanges de biens à travers l’Europe, et plus particulièrement dans le grand quart nord ouest de la France, en recherchant les sources du cuivre. Pour cela, des études archéométriques seront conduites, alliant description morphologique, analyses chimiques élémentaires et analyses isotopiques du plomb. Les objets manufacturés en bronze peuvent être produits par recyclage d’objets plus anciens et conduire à des compositions de mélange faussant les signatures chimiques et ne permettant donc pas de remonter aux sources. Le projet se focalisera alors sur l’étude des lingots de cuivre qui portent en eux les signatures des secteurs de production, puisqu’ils sont directement issus des fours situés à proximité des mines. Ce sont eux qui voyagent à travers l’Europe. Les lingots de plusieurs dépôts de l’ouest de la France seront étudiés pour une comparaison avec leurs homologues étrangers.