bandeau-fond-bulles-bleues.jpg
les projets MSHB

projets de recherche

plus de 150 projets labellisés

Gouvernance

GOBACEAC

La gouvernance des banques centrales après la crise :
le cas de la BCE

Responsable scientifique

CREM
Université de Rennes 1
Pôle : Gouvernance
Disciplines : Droit public, Sciences Economiques, Sciences politiques, Sciences économiques, Sociologie
Partenaires régionaux : EA 2652 LEGO | UMR 6211 CREM
Partenaires nationaux : UMR 5194 PACTE | UMR 8533 IDHES | EA 7263 EDEHN
Type d'aide :
- Logistique (Salles visio-conférences et salles pour séminaires.)
- Financier
Durée : 01-09-2017 / 31-08-2019
Mots clés disciplinaires :
Mots clés thématiques :

Jusqu’à la crise, la gouvernance externe des banques centrales était dominée par le concept d’indépendance des banques centrales vis-à-vis du politique pour éviter la manipulation de la politique monétaire à des fins électoralistes. Cette dimension portait simplement sur la transparence des banques centrales et la communication avec le public. Quant à la gouvernance interne des banques centrales, elle concernait surtout le design institutionnel et la composition des comités de politique monétaire. La crise semble avoir modifié la dimension du rôle et de la place de l’institution monétaire dans nos sociétés.

De fait, l’indépendance vis-à-vis de la sphère politique a été questionnée lorsque la gravité de la crise a imposé une coordination renforcée des politiques économiques que l’on pensait moins évidente depuis la « grande modération » caractérisant les années 80. Par ailleurs, la stabilité des prix ne constitue pas un rempart contre les crises financières. La stabilité financière est alors remontée dans la hiérarchie des objectifs des banques centrales. Cette transformation pourrait avoir des conséquences plus larges sur l’organisation et le rôle des banques centrales dans nos sociétés : à l’indépendance vis-à-vis du politique, on peut ajouter l’indépendance vis-à-vis des financiers. La nouvelle théorie de la gouvernance se doit donc d’incorporer le risque de capture de la banque centrale par les intérêts financiers.