bandeau-fond-bulles-bleues.jpg
les projets MSHB

projets de recherche

plus de 150 projets labellisés

Armorique, Amériques, Atlantique

HiBs

Histoire des Bretagnes

Responsable scientifique

Hélène TETREL
EA 4451 CRBC
Université de Bretagne Occidentale
Pôle : Armorique, Amériques, Atlantique
Disciplines : Langue et Littérature médiévales, Archéologie, histoire, littérature celtique, Histoire médiévale, Histoire, Littérature, breton, celtique, Langue et littérature française du Moyen Âge, Lettres modernes, Littérature bretonne et brittonique, Littérature française, Littérature française médiévale, Littérature médiévale, Philologie, Philologie nordique, civilisation celtique, musique traditionnelle, littérature médiévale, langue bretonne
Partenaires régionaux : EA 3206 CELLAM | EA 4451 CRBC
Partenaires nationaux : EA 4451 CRBC
Partenaires internationaux : Institutt for lingvistiske og nordiske studier | Institut für Nordische Philologie | Institut Vigdís Finnbogadóttir | Département d'études françaises
Type d'aide :
- Financier
Durée : 01-11-2007 / 31-12-2010
Mots clés thématiques :

Le projet de recherche vise à étudier la formation, la représentation et la réception de ce qu’on peut, au sens large, appeler la « matière de Bretagne ». « Bretaigne la meneur » ou « Bretaigne la grant » : ces territoires aux frontières très incertaines chez les auteurs du moyen âge comprennent aussi bien notre actuelle Bretagne armoricaine que le royaume insulaire où s’est localisé le mythe arthurien, et recouvrent des zones linguistiques multiples, tant les dialectes français et anglo-normands des romans et chansons que les langues brittoniques qui nous conservent les légendes anciennes, sans oublier le latin des chroniqueurs, dans lequel Gildas, Geoffroy de Monmouth et d’autres historiographes consignèrent l’histoire des rois.

Ce séminaire de recherche se veut pluridisciplinaire : historiens et littéraires médiévistes, mais aussi linguistes, ethnologues ou historiens de l’art travaillant sur la Bretagne et ses représentations.

Le projet envisageait de créer un réseau international de chercheurs à travers des rencontres pluridisciplinaires périodiques et de diffuser la recherche par le moyen des journées d’études elles-mêmes, ainsi que la publication des actes.