bandeau-fond-bulles-bleues.jpg
les projets MSHB

projets de recherche

plus de 150 projets labellisés

Armorique, Amériques, Atlantique

Migrité

Migrations et identités

Responsable scientifique

CRBC
Université de Bretagne Occidentale
Pôle : Armorique, Amériques, Atlantique
Disciplines : Cultures et langues régionales, Ethnologie, Géographie, Anthropologie, Sociologie
Partenaires nationaux : LAM | CADIS
Partenaires internationaux : Institut d’ethnologie et d’anthropologie
Partenaires régionaux : EA 3149 LABERS | EA 4451 CRBC
Type d'aide :
- Logistique
- Ingénierie
- Communication
- Financier
Durée : 01-09-2012 / 31-08-2014

Il visait à étudier l’expérience migratoire des Bretons émigrés et des immigrés en Bretagne et son impact sur les attitudes et comportements identitaires des migrants. Alors, en effet, que la question des migrations a fait l’objet, au cours des dernières décennies, de nombreuses recherches et publications, les migrations bretonnes ont été relativement peu étudiées. La Bretagne a pourtant été, à partir de la fin du dix-neuvième siècle, une terre d’émigration massive, essentiellement vers la région parisienne ou le reste du territoire français, mais également, pour partie, vers l’Amérique du Nord ou d’autres destinations internationales. Par ailleurs, s’il est vrai que la part des immigrés vivant en Bretagne est très nettement inférieure à la moyenne française, il n’en demeure pas moins que la Bretagne a accueilli, au fil des siècles, des populations d’origines diverses et aux parcours spécifiques. Sur ces deux questions, des travaux scientifiques existent, mais qui sont épars et souvent méconnus. L’ambition du présent projet était de recueillir les travaux existants, de les éclairer à la lumière de recherches généralistes et théoriques sur les migrations et les diasporas et de les féconder par une problématique générale : la relation entre migrations et identités. Il va de soi que l’identité n’était pas entendue ici en un sens essentialiste mais comme une construction qui s’inscrit dans un contexte sociohistorique, se bâtit dans la relation à l’Autre, est empreinte de rapports de domination et de stigmatisation et n’est jamais achevée ou définitive. Le projet s’est intéressé à l’expérience des migrants autant sinon plus qu’au processus migratoire et a tenté d’analyser l’impact de l’expérience migratoire sur les attitudes et comportements identitaires des migrants (Bretons émigrés comme immigrés en Bretagne) et des populations d’accueil : quels types d’appartenance les migrants mettent-ils en avant ? Quelles pratiques issues de leur terre d’origine cultivent-ils en terre d’accueil ? Quels liens tissent-ils au sein de leur territoire d’accueil ? Quelles stratégies de mise en réseaux établissent-ils ? Quels liens maintiennent-ils ou construisent-ils avec leur territoire d’origine ? Quelles sont leurs modalités de retour au pays (fantasmés ou réels) ? Comment vivent-ils, enfin, « l’entre-deux » identitaire ? À l’inverse, comment les populations d’accueil se comportent-elles envers les migrants, qu’il s’agisse des populations qui accueillent les Bretons, en France ou à l’étranger, ou des attitudes et comportements des Bretons envers les immigrés en Bretagne ? Sur toutes ces questions, le projet a permis de mettre en relation des chercheurs (universitaires, doctorants, indépendants, documentalistes…), leur a donné l’occasion d’exposer leurs études de cas et leurs réflexions théoriques et d’en débattre avec des collègues. Il débouche à présent, comme prévu, sur la publication d’un ouvrage de synthèse aux Presses universitaires de Rennes, à paraître dans les semaines qui viennent.

Couv_Bretagne_migrations_identite
Sous la direction d'Aurélie Épron et de Ronan Le Coadic